Writing life : Savoir, Vouloir, Oser et se Taire

savoir vouloir oser et se taire

Writing life ou les affres du jour d’un auteur.

L’écriture ou le mythe de Sisyphe

Je crois pouvoir dire que je suis un auteur qui utilise autant que faire se peut le système 2.0 d’Internet.
J’essaie d’interagir avec les internautes – notamment sur Instagram et Facebook – d’échanger, de recevoir leurs (vos) avis, les commentaires.
Quitte à encaisser parfois certaines remarques pas toujours cool sur mes livres.
Mais, c’est le jeu, ma pauv’ Lucette, non ?

Parfois, je me sens comme Sisyphe qui pousse son rocher.
Je tente de le hisser en haut de la montagne et, parfois, m’écroule, laissant alors tomber ce rocher, ce dernier devant immanquablement rouler à terre pour pouvoir remonter.
Inlassablement.

Les 4 piliers : Savoir, Vouloir, Oser et se Taire

Dans cette audace qui peut sourire à celui qui ose, il faut d’abord savoir ce que l’on veut, ce que l’on est prêt à sacrifier, jusqu’où on veut aboutir.
Connaître ses limites.

Ensuite, enhardi de cette témérité (inconscience serait un mot juste par moment), il faut vouloir : passer de l’idée à l’acte, assumer pleinement son engagement.
Y suis-je parvenu ?
Ou ne suis-je, au contraire, qu’au seuil de l’engagement ?
Vouloir n’est pas désirer, la différence est ténue. Le désir précède ou suit le fait de vouloir.

Après, il y a la véritable audace (et là, le facteur ‘chance’ est déjà entré dans toutes les spores de ma peau !), il faut oser. Malgré les difficultés qui se présentent, il faut s’engager en ayant pleinement conscience que la possibilité de ‘perdre’ est aussi grande que celle de gagner. Il y aura forcément des retombées précieuses.
Forcément. Nécessairement.

Bref, je vais me taire maintenant… et travailler, gribouiller, annoter, espérer, croire, avancer qui sait ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
velit, dictum quis, adipiscing non nec massa amet, leo. diam