4e couverture Visages éphémères


Quoi de plus fugace qu’un sourire d’enfant ?
Quoi de plus éphémère que son insouciance ?

Ce nouvel opus de Neil Thomas – rédigé à un moment crucial de son existence – se penche sur cette période heureuse (ou pas) que sont les premières années, faites de rires, de jeux, de petits malheurs et de gros chagrins. De l’insouciance d’enfants occidentaux au regard sérieux de ceux qui sont confrontés à la guerre, à la faim, à d’autres tragédies, l’innocence demeure, figée en forme d’instantanés.

Des moments précieux, qui portent pour toujours en eux la marque de l’éternité.

Laisser un commentaire