4e couverture Les estranges aventures de Léonard de Plancy

 Ne nous sommes-nous pas déjà vus quelque part ?
Mais si. Évidemment que si.
Ici ou là, dans un livre probablement, ou peut-être ailleurs.
Je change souvent d’apparence mais je sais reconnaître un visage et des mains, vos mains. Si, si, je vous le dis, nous nous sommes déjà rencontrés.
Approchez de plus près qu’on fasse connaissance !
Je vais vous dire un secret : moi, je vous connais et ce, depuis toujours. Il n’y a pas de grand mystère à cela, vous en comprendrez la raison d’ici quelques pages.
Je suis assez doué en ce domaine : je sais quand quelqu’un a besoin de moi, je le sens comme un animal sent l’orage ou un tremblement de terre. Et avec monsieur de Plancy, je ne me suis pas trompé, loin de là, vous allez voir…
Je vous parle de cela parce qu’il faut un témoin pour raconter ce qui s’est passé. Il faut une trace, une empreinte car de mémoire d’homme, on n’a jamais rien vu de tel.
Êtes-vous prêt ?